Comment nettoyer sa tireuse à bière professionnelle soi-même ?

Kit de sanitation avec fût plastique 1 sortie

Nettoyer son installation n’est pas nécessairement quelque chose qui doit être effectué par un entrepositaire ou un installateur agréé, vous pouvez vous en charger directement en respectant les procédures ci-dessous.

Ce simple processus de sanitation ne prend que quelques minutes et se réalise très facilement avec un fût de sanitation :

  • soit en plastique si vous n’avez qu’une seule tête de débit car ils ne présentent qu’un seul plongeur,
  • soit avec un fût de sanitation en inox si vous avez plusieurs têtes pour un nettoyage plus rapide.

Attention, les produits utilisés sont dangereux. Vous devez utiliser des gants et des lunettes de sécurité.

La sanitation en quelques mots :

Quand ? La fréquence de nettoyage est de 6 semaines maximum. Elle est impérative avant la mise en service d’une nouvelle installation ou après un arrêt prolongé d’utilisation du système.

Avec quoi ? Un fût en inox si vous avez plusieurs têtes de soutirage ou en plastique si vous n’en avez qu’une. Le produit de nettoyage (Purexol, pastilles ou sachets Bevi) comme solution de nettoyage. En option, les billes éponges pour retirer les éventuels dépôts.

Pourquoi ? Nettoyer régulièrement les robinets, les conduits de bières, les têtes de soutirage est très important. Si ce n’est pas réalisé, la bière moussera. De plus, des bactéries, de la levure, de la moisissure ou des dépôts de bière pourront se développer et rapidement dégrader la qualité de la bière. Un nettoyage régulier est essentiel pour maintenir une qualité de tirage et de goût.

 Nettoyer les conduits de bière

Utiliser un fût de sanitation à 3 têtes ou en plastique à une tête si vous n’avez qu’un seul conduit sur votre tireuse. Le remplir de la solution de sanitation ; le dosage : 1 sachet, une pastille Bevi ou 2,5 cl de Purexol pour 1L d’eau.

Raccorder la ou les têtes sur le fût. Ouvrir la vanne d’arrêt de CO2 et celle de bière, si vous en avez une, sur la tête de soutirage.

Mettre Faites circuler la solution dans le conduit en actionnant le robinet, jusqu’à ce que le conduit soit rempli de la solution. Prévoyez un récipient sous le robinet pour récupérer la solution de nettoyage. Laisser agir 15 minutes.

Tirer environ 2L. Laisser à nouveau agir 15 minutes avant de vider complètement le fût.

Remplir le fût d’eau claire et rincer pour ne pas laisser de produit dans les conduits.

Nettoyage des pièces détachées

  • Le robinet de tirage

Démonter et nettoyer dans la même solution que celle utilisée pour les conduits

Remplacer les pièces et les joints usés.

Lubrifier modérément les axes si besoin. Attention de ne jamais lubrifier les pièces en contact avec la bière

  • La tireuse / groupe de froid

Vérifier la température de l’eau, le réglage et le bon fonctionnement du thermostat.

Vérifier le niveau ainsi que la propreté de l’eau. La changer au minimum une fois par an.

Vérifier le fonctionnement l’agitateur et de sa pompe intégrée si présente.

Nettoyer la grille du condenseur et retirer tout ce qui ferait obstacle à une bonne ventilation.

  •  La tête de soutirage

Démonter toutes les pièces, les nettoyer à l’aide d’une brosse et le corps central avec un goupillon, toujours dans la même solution que les conduits de bière.

Vérifier l’état des pièces détachées, les joints notamment, les changer si besoin.

  • Le circuit de gaz carbonique CO2

Vérifier le bon fonctionnement du détendeur et l’étalonnage du manomètre.

Vérifier l’étanchéité des robinets sur la bouteille, le détendeur, la rampe de gaz (détendeur en série) ainsi que des raccords à l’aide d’eau savonneuse ou d’un détecteur de fuites en bombe.

Tenir un carnet d’entretien avec : la date de l’interventions réalisée, la pièce remplacée, la température de la cave.

Manuel de fabrication de la bière

Vous cherchez à brasser votre première bière mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Rien de plus facile avec notre set de brassage. Il comprend tous les éléments nécessaires pour effectuer un brassage. Munissez-vous d’un kit à bière et suivez cette notice !

Le set de brassage confirmé comprend :

 

  • 1 seau de brassage de 30L avec robinet et couvercle non troué*
  • 1 seau de fermentation de 30L gradué avec joint, robinet et barboteur et couvercle troué
  • 1 thermomètre conçu pour le contrôle du brassage*
  • 1 tuyau de transvasage*
  • 1 spatule en plastique
  • 1 capsuleuse Emily
  • 100 capsules de 26mm
  • 1 brosse goupillon
  • 100g de désinfectant Chempro
  • 1 densimètre*
  • 1 éprouvette*
    * Eléments qui ne sont pas inclus dans le set de brassage basic

 

 

Ce dont vous avez besoin et qui n’est pas compris dans le set :

1ère étape : désinfectez tout !

Il est primordial que tout votre matériel soit parfaitement nettoyé avant d’entamer le processus de fabrication de la bière. Cela peut être surprenant mais c’est peut-être l’étape la plus importante ! Si tout votre matériel n’est pas complètement propre et désinfecté, votre levure à bière va mourir et la qualité de votre bière en sera amoindrie.

Pour bien désinfecter :
- Dissolvez 2 à 4g de Chempro par litre d’eau chaude.
- Laissez tremper tout le matériel que vous allez utiliser pendant 5 minutes maximum. Avec le Chempro, pas besoin de les rincer, ce désinfectant contient de l’oxygène actif et est inodore. Ensuite, faites les sécher en plein air.
- S’il vous reste du Chempro, gardez-le. Il pourra vous resservir lors d’un nouveau nettoyage.
Astuce : Si jamais vous n’avez plus de Chempro, vous pouvez désinfecter votre matériel à l’aide d’eau de javel. Laissez-la agir puis n’oubliez pas de rincer !

2ème étape : le brassage 

- Ouvrez la boîte métallique du kit à bière à l’aide d’un ouvre-boîte et réchauffez-la au bain-marie pendant 10 minutes environ. L’extrait de malt va alors se liquéfier.
- Versez ensuite le contenu dans le seau de brassage désinfecté.

- La suite dépend de la marque de votre kit à bière :
Pour les kits Brewferm :
- Rincez ensuite la boite avec 1 litre d’eau chauffée à 55°C, puis ajoutez-la au contenu qui a été préalablement versé dans le seau de brassage. Diluez le sucre 1 dans 2L d’eau chaude et versez ce mélange dans le seau de brassage.
Pour les kits Muntons :
- Ajoutez 3,5 litres d’eau bouillante puis incluez-y le sucre 1 (sauf pour le kit Barley Wine 3L d’eau chaude, pour le kit Old Ale : 1,5 litre d’eau chaude).
Pour les kits Coopers :
- Ajoutez 3 litres d’eau bouillante puis incluez-y le sucre 1 (se référer au tableau ci-dessous).
Pour chaque kit, suivez la recette incluse dans le couvercle.

 - Ajoutez à cela la quantité d’eau froide indiquée sur le tableau des quantités (ci-dessous) puis laissez refroidir jusqu’à 20°C environ.

3ème étape : la fermentation

- Transvasez votre mélange dans le 2ème seau de fermentation grâce au robinet et au tuyau de transvasage. Le dépôt formé dans le seau de brassage y restera.
- Refermez le seau de fermentation avec le couvercle troué. Placez-y le barboteur rempli d’eau jusqu’à la moitié et fermez-le à l’aide du capuchon pour éviter le mélange de poussières et de moucherons.
- Placez le seau dans un endroit chaud (23°C maximum) pendant 10 jours pour laisser le temps au mélange de fermenter.
- Surveillez votre mélange. Les bulles de gaz ou le niveau d’eau du barboteur stabilisé signifie que la fermentation est terminée.

4ème étape : la mise en bouteille

- Avant d’effectuer la mise en bouteille, munissez-vous du densimètre pour mesurer la densité de votre breuvage. La densité finale que doit avoir votre bière est inscrite sur le mode d’emploi inclut dans votre kit à bière.
- Ajoutez la quantité de sucre 2 par litre de bière dans une petite quantité d’eau bouillante en mélangeant. Attention à ne pas en rajoutez trop, au risque de voir votre bouteille exploser ou se vider toute seule à son ouverture.
- Versez le sucre mélangé à votre préparation puis transvasez votre bière dans les bouteilles en verre désinfectées.
- Fermez les bouteilles et laissez les reposer dans un endroit chaud pendant 14 jours. Au bout de ces 14 jours, installez-les dans un endroit frais pour leur permettre de murir durant 6 à 8 semaines. Plus cette période de garde sera longue, plus votre patience sera récompenser : votre bière n’en sera que meilleure !

 Enfin, vous pouvez servir et déguster votre propre bière !

Tableau des quantités de sucre et d’eau

Marque Nom Volume final Sucre 1 Eau froide Densité initiale Sucre 2
Brewferm Pils 12L 0 g/l 8L 1.042 7 g/l
Brewferm Abbaye 9L 50 g/l 5L 1.070 7 g/l
Brewferm Christmas 7L 0 g/l 3L 1.065 7 g/l
Brewferm Ambiorix 15L 55,5 g/l 11L 1.060 7 g/l
Brewferm Kriek 12L 71,6 g/l 8L 1.053 7 g/l
Brewferm Diabolo 9L 41,6 g/l 5L 1.075 7 g/l
Brewferm Gold 12L 55,5 g/l 8L 1.053 7 g/l
Brewferm Tarwebier 15L 69 g/l 11L 1.052 7 g/l
Brewferm Grand cru 9L 50 g/l 5L 1.075 7 g/l
Brewferm Triple 9L 55,5 g/l 5L 1.075 7 g/l
Brewferm Framboos 12L 55,5 g/l 8L 1.053 7 g/l
Brewferm Gallia 12L 41,6 g/l 8L 1.055 7 g/l
Brewferm Oranje Bock 12L 41,6 g/l 8L 1.054 7 g/l
Muntons American Style Light 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Barley wine 13L 0,29 g/l 13L NC 3.7 g/l
Muntons Mexican Cerveza 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Midland Mild Ale 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Nut Brown Ale 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Old Ale 6L 0,29 g/l 6L NC 0 g/l
Muntons Premium Lager 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Connoisseurs IPA Bitter 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Muntons Heavy Ale Scottish Style 17L 0,29 g/l 17L NC 3.7 g/l
Muntons Connoisseurs Lager 23L 0,29 g/l 17.5L NC 3.7 g/l
Coopers Canadian 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Australian Pale Ale 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers India Pale Ale 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Mexican Cerveza 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Draught 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers English Bitter 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Real Ale 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Blanche 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Irish Stout 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Stout 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Lager 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L
Coopers Pilsener 23L 0,33 g/L 18L 1.040 6 g/L

Conseils :

Les bières nécessitent généralement une maturation longue (6 à 8 semaines). Il est dans votre intérêt de respecter ce délai, votre bière aura une meilleure qualité.

Il est préférable d’utiliser de l’eau bouillie puis refroidie pour le brassage, cela favorisera la saveur de votre bière.

Vous pouvez utiliser du sucre candi ou du sucre brut de canne pour remplacer votre sucre cristallisé ordinaire. Il vous suffit d’augmenter de 5% les quantités recommandées dans le tableau des quantités. Vous trouverez du sucre candi sur Bières du monde dans la catégorie «Additifs de brassage». Vous pouvez aussi utiliser des «carbonation drops» (substitut du sucre) : il suffit de mettre une pastille par bouteille.

Comment brasser un kit de malt tout grains ?

Concassage

Quel doit être la finesse du concassage du grain ?

Il est difficile d’estimer la finesse de concassage des grains. D’une manière générale, on peut dire qu’il faut que le concassage soit à la fois assez fin pour pouvoir extraire un maximum de sucre mais trop pour ne pas boucher le filtre. Il convient donc de trouver le juste milieu.

Brassage

A quoi servent les différents paliers de température ?

La méthode traditionnelle en Belgique est l’infusion multi-paliers. Celle-ci consiste à respecter un certain nombre de paliers de température durant la phase d’empattage. Sans rentrer dans les considérations chimiques, le but de cette opération est de transformer l’amidon contenu dans le malt en sucre fermentescibles et non fermentescibles, afin d’obtenir de l’alcool et de la rondeur pour la future bière.

Quelle différence entre un brassage mono-palier et un brassage multi-palier ?

L e brassage mono-palier est la méthode de brassage typique du Royaume Uni. En général, la cuve est chauffée à la température constante de 68°C, ce qui permet d’obtenir un bon taux de sucres fermentescibles et non fermentescibles. Néanmoins, le contrôle que l’on peut avoir sur le ratio sucres fermentescibles et non fermentescibles est moindre qu’avec la méthode multi-palier.

Typiquement belge, la méthode multi-palier consiste à chauffert selon plusieurs paliers de température, de plus en plus élevés. Ainsi le palier entre 55 et 65°C permet la formation des sucres fermentescibles, celui entre 68 et 72°C est en lien avec les sucres non fermentescibles et enfin le palier 78°C permettant le conserver l’équilibre précédemment obtenu. Vous l’aurez compris, cette méthode permet d’avoir un bon contrôle du ratio sucres fermentescibles et non fermentescibles, responsable de l’alcool et du corps de la bière.

A quoi sert la teinture d’iode ?

La teinture d’iode est le seul moyen de contrôler si tout l’amidon a bien été transformé en sucre. En effet, au contact de l’iode, l’amidon devient bleu. Attention, l’iode est dangereux pour la santé. Dans une assiette, ajoutez une goutte d’iode dans un peu de pâte prélevée dans la cuve. Si celle-ci devient bleu, il y’a encore de l’amidon et il convient de prolonger le palier de formation de sucres fermentescibles (55 à 65°C). Si elle ne se colore pas, tout l’amidon a bien été transformé en sucre.

Pourquoi filtrer ?

Filtrer le mout est une étape essentielle du brassage. En effet, après l’empattage, il est très important de séparer le liquide du reste des grains. Nous appellerons le liquide le « moût » et le reste de pâte les « drêches ». A cette étape, les drêches servent de filtre naturel pour le moût.

Quelles sont les différentes méthodes de filtration ?

Il existe différentes méthodes de filtration. La plus simple est le seau de filtration. Il suffit alors d’encastrer ce seau sans fond dans un deuxième seau, puis d’utiliser une moustiquaire en tant que filtre. Les drèches accumulées sur la moustiquaire joueront donc leur rôle de filtre naturel. Attention toutefois à verser lentement le liquide afin de ne pas oxyder le moût.

Qu’est ce que le rinçage des drèches ?

Une autre étape essentielle du brassage est le rinçage des drèches. En effet, après la filtration, beaucoup de sucre reste emprisonné dans les drèches. Il est alors important de le récupérer avec de l’eau de rinçage. D’abord chauffée à 80 degrés, puis versée en plusieurs phases, la quantité d’eau de rinçage est calculée en fonction de la quantité de bière finale voulue plus quelques litres qui s’évaporeront durant la période d’ébullition.

Ebullition

Pourquoi faire bouillir le moût ? Combien de temps ?

L’étape d’ébullition du moût est essentielle, pour 4 principales raisons :

  • Elle permet de dissoudre les agents amérisants du houblon durant la phase de houblonnage.
  • Elle permet de stériliser le moût, afin d’éviter toute infection.
  • Elle permet l’évaporation de l’excès d’eau ajoutée durant la phase de rinçage des drèches.
  • Elle permet la floculation des différentes protéines qui sont trop nombreuses avant l’ébullition.

On estime à environ 1h30 la durée de la période d’ébullition .

Faut-il rajouter du sucre ?

Tout dépend de votre recette. Rajouter du sucre permet en effet d’augmenter la densité initiale et donc à priori le taux d’alcool final de votre bière. Néanmoins, beaucoup de recettes ne nécessitent pas d’ajout de sucre la fin de l’ébullition.

Houblonnage

Vaut-il mieux utiliser houblons en pellets ou houblons en cônes ?

La différence ne se situe pas au niveau de la qualité même du houblon mais plutôt au niveau de son utilisation et de sa conservation. En effet, les houblons en cône sont en fait des fleurs de houblon séchées. Ainsi, le sachet ouvert, la conservation est plus difficile dans le temps. Ils présentent néanmoins l’avantage d’être facilement récupérable après le houblonnage.

Les houblons en pellet sont des cônes de houblon se présentant sous la forme de granulés. Leur concentration étant relativement plus élevée que pour les houblons en cône, il est d’usage d’en utiliser environ 10 % de moins. Ils présentent également l’avantage de mieux se conserver. Toutefois, ils nécessitent obligatoirement l’utilisation d’un sac à houblon afin de pouvoir le récupérer en fin de houblonnage.

Quelle différence entre houblons amérisants et houblons aromatiques ?

Il existe une différence fondamentale entre houblons amérisants et houblons aromatiques. Certains houblons ont un effet un taux d’acide alpha élevé. Cela signifie simplement qu’il convient de les utiliser pour leur amertume. On situe le seuil à environ 8% d’acide alpha.

Au contraire, certains houblons contenant relativement peu d’acides alphas seront plutôt utilisés pour leurs qualités aromatiques. Ils peuvent également être utilisés en tant qu’amérisants mais seront moins efficace.

Enfin, certains houblons peuvent être utilisés à la fois en tant que houblons amérisants et houblons aromatisants. C’est le cas par exemple du houblon américain Amarillo.

A quel moment ajouter le houblon ? Quel doit être la durée du houblonnage amérisant ? Et aromatisant ?

En fonction de ses qualités amérisantes ou aromatisantes, le houblon ne sera pas ajouté au même moment durant l’ébullition. En effet, pour apporter de l’amertume à votre bière, il convient de faire infuser les houblons amérisants durant au moins 60 min. En revanche, pour les houblons aromatisants, le houblonnage se fait plutôt en fin d’ébullition, durant environ 10min.

Refroidissement

Le refroidissement est-il obligatoire ?

Le refroidissement du moût après l’ébullition n’est pas obligatoire mais fortement conseillé. En effet, entre 30 et 40°C, un grand danger d’infection le guette. Ce n’est qu’une fois ensemencé par la levure que le risque diminue. Il faut donc refroidir au plus vite, pour pouvoir ajouter les levures.

Quelles sont les différentes méthodes pour refroidir le moût ?

Il existe de nombreuses méthodes pour refroidir votre moût. Bien évidemment, il est possible de laisser le seau dans une baignoire d’eau glacée ou de profiter de la température extérieure en plein hiver mais les conditions d’hygiène peuvent parfois laisser à désirer.

Il est également possible d’acheter du matériel spécialisé. Ainsi, le refroidisseur à plaque ou le serpentin refroidisseur vont seront d’une grande utilité.

Combien de temps doit durer le refroidissement ? Jusqu’à quelle température descendre ?

L’objectif de l’étape de refroidissement est de pouvoir ensemencer le moût au plus vite avec des levures. Pour ce faire, il faut donc qu’il descende à une une température d’une vingtaine de degrés.

Levures

Comment choisir sa Levure ?

La levure se choisi en fonction du type de bière que l’on souhaite obtenir. Il existe donc une multitude de levures correspondant à une multitude de bières. Pour vous aider à faire votre choix, il est souvent expliqué quelle propriété détient quelle bière.

Qu’est ce qu’un degré d’atténuation ?

Le degré d’atténuation d’une levure est un aspect que vous ne pouvez pas permettre de négliger. En effet, ce degré va vous permettre d’estimer à combien tombera votre densité finale, et donc votre futur taux d’alcool. Ainsi, plus le degré d’atténuation est élevé, plus la densité finale descendra bas.

 

 

Comment brasser un kit de bière ?

Brassage

Quel matériel me faut-il pour débuter dans le brassage de kit ?

Pour débuter le brassage en kit, il vous faudra posséder au minimum : Une cuve de fermentation avec ou sans robinet afin de pouvoir faire fermenter votre bière, un barboteur (également appelé glouglouteur), un produit stérilisant, un thermomètre, une marmite de brassage (qui peut être une grosse casserole), un système de filtration, un densimètre et son éprouvette, une capsuleuse avec ses capsules, et des bouteilles vides. Evidemment, n’oubliez pas l’essentiel : Le Kit concentré.

Combien de temps pour brasser ? Pour déguster ma bière ?

Il n’est pas possible de déguster sa bière directement après le brassage. Ainsi, alors qu’il faut prévoir approximativement une demi-journée pour brasser, la durée de fermentation et de garde peut elle durer jusqu’à 10 semaines durant lesquelles il faudra s’armer de patience.

Dois-je être présent durant tout le brassage ?

La présence du brasseur durant la période de brassage est impérative. Il doit en effet surveiller les différentes étapes qui l’amèneront à produire une bière de qualité.
densité

Comment mesurer le taux d’alcool de ma bière ?

Sans rentrer dans des considérations mathématiques, il est possible de mesurer le taux d’alcool grâce à une formule simple : (Densité initiale – Densité finale) / 7,6. Le calcul vous donnera une valeur approchée rel

A l’aide d’un densimètre ?

La masse volumique du moût est déterminée à l’aide d’un densimètre. Conçu pour calculer le poids de liquide, il permet d’observer la densité en lisant à quel niveau l’appareil flotte.

Fermentation

A quel moment ajouter les levures ? Quelle température et quelle quantité ?

Afin de faire fermenter votre moût, il est impératif d’ajouter des levures. Celles-ci sont fragiles, il est donc important de ne pas les « tuer » en les jetant dans un moût trop chaud. Ainsi, c’est après la phase de fermentation dans un moût d’une température d’environ 20° C qu’il faut effectuer cette opération. Pour le brassage de kit, il suffit d’utiliser le sachet fourni dans sa totalité.
D’une manière générale, il est conseillé de procéder à l’hydratation des levures sèches. Cela consiste simplement à verser la levure dans un demi-verre d’eau tiède (20aine de degrés) et d’attendre 15 min.

Quelle différence entre une fermentation primaire et une fermentation secondaire ?

En termes de brassage, il existe une différence entre la fermentation primaire et la fermentation secondaire. La fermentation primaire est la phase qui suit l’ajout de levure dans le mout. En générale, la levure commence son travail entre 12 et 24 heures après ensemencement. Une épaisse mousse à alors tendance à se former. Tout ceci est parfaitement normal. Après 3 à 7 jours, cette fermentation primaire prend fin et la mousse retombe. Afin de considérer que la fermentation primaire est bel et bien terminée, il est d’usage de considérer que la densité à la fin de cette fermentation doit descendre jusqu’aux ¾ de la densité initiale. Pour être plus clair, une densité initiale de 1060 doit être au moins descendue à 1020 afin de pouvoir considérer que la fermentation primaire est terminée.
La fermentation secondaire intervient après le transvasement dans un nouveau fût stérilisé, qui devra être plus ou moins du même volume. On laisse alors murir la bière une semaine à la même température qu’en fermentation primaire avant de laisser le seau s’affiner 1 à 3 semaines à une température comprise entre 5 et 15°C.
Attention, pour une bière de fermentation basse, tout le processus de fermentation se fera à faible température (10-15°C).

Mon barboteur ne « glougloute » pas, pourquoi ?

Voilà une question qui hante tous les brasseurs amateurs. Durant la fermentation, un barboteur est placé sur le seau de fermentation afin de laisser le gaz carbonique s’échapper. Le phénomène est observable par l’apparition de « glouglou » dans le barboteur. Si rien ne se passe, il peut y avoir plusieurs explications :
Le seau peut ne pas être totalement hermétique. Même un léger espace au niveau du barboteur ou du couvercle peut faire qu’un barboteur ne glougloute pas. Dans ce cas là, la fermentation à tout de même lieu et il convient de faire un contrôle au densimètre afin de vérifier l’évolution de la densité.
La température de fermentation peut être soit trop faible, soit trop élevée. Dans les deux cas, il faut régler à la température désirée afin d’essayer de relancer la fermentation.
Enfin, il se peut qu’un choc thermique lors de l’ensemencement (moût trop chaud) ait tout simplement tué les levures.

A quelle température fermente une bière ?

Tout dépend de la bière souhaitée. Dans la plupart des cas avec les kits concentrés, il faut faire fermenter la bière à une température d’une 20aine de degrés. Pour les bières de fermentation basses types Lager ou Pils, la fermentation doit avoir lieu à une température comprise entre 10 et 15°.

Une épaisse mousse est apparue durant la fermentation primaire, est-ce normal ?

Cette réaction est absolument normale. Cette épaisse mousse, appelée « Krausen » par les brasseurs apparaît lors de la fermentation et est le signe que les levures sont bien en vie.

Mise en bouteille

A quel moment peut-on mettre en bouteille la bière ?

Il convient de mettre en bouteille après la phase fermentation secondaire, lorsque tout le gaz carbonique a disparu. Afin de rendre la bière pétillante et mousseuse, il faut procéder à une troisième fermentation : celle en bouteille. Avant d’embouteiller, il est toutefois important de contrôler une dernière fois la densité. Une densité trop élevé risque en effet de faire exploser les bouteilles. Ainsi, la densité finale sera idéalement comprise entre 1010 et 1020.

Pourquoi ajouter du sucre avant la mise en bouteille ? Quelle quantité ?

Il est important d’ajouter du sucre lors de la mise en bouteille pour assurer la refermentation en bouteille. C’est de cette façon que les levures encore en vie vont fermenter les sucres ajoutés. La quantité de sucre à ajouter doit être comprise de préférence entre 6 et 8 grammes par litre afin d’éviter que les bouteilles n’explosent sous la pression.

Quel type de bouteille utiliser ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Les bouteilles à bouchon mécanique apparaissent relativement simples d’utilisation.
Il existe également la possibilité d’utiliser des bouteilles classiques et de les recapusler à l’aide d’une capsuleuse.

Ma bouteille risque t’elle d’exploser ? De trop mousser ?

Il existe un risque qui peut toutefois être facilement maîtrisé. En effet, si la densité finale est bien contrôlée entre 1010 et 1020 après la fermentation secondaire et que la quantité de sucre ajouté est à peu près située entre 6 et 7g par litres, alors le risque est quasiment nul.

Désinfection

A quel moment désinfecter le matériel ?

La désinfection du matériel est une étape clé du brassage. C’est le seul moyen d’éviter une infection qui réduirait votre travail à néant. Il est donc très important de stériliser tout le matériel qui rentra en contact direct ou indirect avec le moût, que ce soit spatule, seau, bouteilles ou autres.

Quel produit utiliser ?

Le produit le plus fréquemment utilisé par les brasseurs amateurs est le Chemipro. Il présente en effet la particularité d’être inodore et de ne pas nécessiter de rinçage (bien que cela soit tout de même conseillé).

Comment reconnaitre une bière infectée ?

En général, il est possible de reconnaitre une infection au nez ou à la bouche. En effet, on reconnait un moût infecté à son gout ou son odeur acide, de beurre rance, de vinaigre, de pomme trop mure, ou de cidre.

Comment choisir son raccord cannelé en métal ?

Vous n’arrivez pas à discerner quel raccord rapide cannelé est le bon pour que vous puissiez enfin profiter  de votre circuit de bière ? Bières du monde est là pour vous éclairer !

Sachez qu’il existe trois dimensions différentes de raccords cannelés en métal. Vous pouvez vous les procurer en 1/2“, en 5/8“ ou en 3/4“. Ces raccords se décomposent en 3 parties : un écrou en métal percé au milieu dans lequel s’insère une cannelure droite ou coudée et un joint en polyéthylène qui permet d’assurer l’étanchéité du raccord.

Il existe donc des cannelures coudées de 4, 7 ou 10 mm de diamètre et des cannelures droites de 2,8, 4, 7 ou 10 mm de diamètre. Cela vous laisse la possibilité de choisir le modèle qui correspondra le mieux à votre montage.
La cannelure la plus fréquemment utilisée est la cannelure droite de 7mm étant donné que les tuyaux que nous vendons ont un diamètre intérieur de 7mm.

Pour que votre raccord soit complet, il faudra y ajouter un joint en polyéthylène dont le diamètre variera également selon la taille de l’écrou choisi.

Ces raccords se fixent aux extrémités des tuyaux pour bière ou pour co2 7×12 mm. Ils permettent de relier chaque élément de votre montage entre eux. Selon les dimensions de l’écrou, ils ont une utilité différente : les 3/4“ serviront pour les tuyaux à CO2 qui relient l’entrée de co2 du détendeur à celle de la tête de soutirage. Alors que les 5/8“ serviront plutôt pour des tuyaux à bière qui eux relient la sortie de bière de la tête de soutirage à l’entrée de la bière de la tireuse.

Les raccords de 1/2“ sont uniquement utilisés pour le détendeur HIWI CO2 0-10/7 bars et pour le robinet à bière avec compensateur sortie 1/2 pouce. Le reste des détendeurs, robinets et tête de soutirage sont compatibles avec les raccord 3/4“ et 5/8“.

 

Dimensions

Photo

1/2

 

5/8

 

3/4

 

Comment bien choisir sa tireuse à bière professionnelle ?

Pour vous proposer les tireuses à bières professionnelles les plus performantes possibles, Bières du monde s’est entouré de partenaires expérimentés tels que Selbach ou Cornelius, leaders dans le domaine du tirage pression de bière.

Nous mettons à votre disposition le système prêt à l’emploi. En plus de la tireuse, vous avez tout le pack de soutirage nécessaire* et ce, quelque soit la tireuse à bière professionnelle que vous aurez choisie. Il ne vous restera plus qu’à compléter votre installation avec le fût de bière et une bouteille de CO2 pour qu’il devienne opérationnel**. Nous travaillons en direct avec de nombreuses brasseries artisanales, nous pouvons donc vous proposer un large panel de bières françaises mais aussi européennes en pression.

Nous distinguons deux catégories de tireuses à bière professionnelles en fonction de leur position par rapport à votre bar ou du plan de travail :

  • Les tireuses à bière sur comptoir sont principalement des tireuses à refroidissement à froid sec.  Etant donné qu’elles sont installées sur votre plan de travail, elles sont plus compactes et prennent peu de place. Il n’y a pas besoin de colonne à bière, la bière est tirée directement à partir du bloc de la tireuse.
  • Les tireuses à bière sous comptoir sont des tireuses à refroidissement à eau, elles sont bien plus imposantes à cause de la cuve d’eau et de l’agitateur qui assurent le refroidissement, c’est pourquoi elles sont placées sous le bar. Une colonne à bière est nécessaire pour assurer le service.

Bien sûr, il existe des exceptions. Certaines tireuses professionnelles sur comptoir ont un refroidissement à eau mais l’inconvénient majeur est qu’elles prennent beaucoup (trop) de place sur le bar et des tireuses sous comptoir avec un refroidissement à froid sec mais dans ce cas il n’y aura pas de refroidissement dans la colonne, ce qui est gênant si la distance entre la colonne et le groupe froid est trop importante.

Le choix de votre tireuse professionnelle doit se faire en fonction de 4 paramètres qui sont :

  1. la position de la pompe à bière : sur ou sous comptoir ? 
  2. le type de refroidissement : à sec ou à eau,
  3. le débit de bière maximal que vous comptez tirer par heure,
  4. le nombre de robinets souvent lié à la puissance de la machine

Pour vous aider, procédez par élimination. Sachez que les pompes sous comptoir sont destinées à des installations fixes. C’est typiquement l’installation que vous allez trouver dans un bar. Si vous avez besoin d’une tireuse professionnelle mobile, il sera plus judicieux de se diriger vers un modèle sur comptoir avec un refroidissement à froid sec plus léger et compact.

Pour le choix du débit, il est très important de comprendre comment fonctionne le refroidissement. Le débit indiqué pour chacune des tireuses est le volume de bière que la tireuse sera capable de refroidir en une heure.  Mais ce débit maximal, n’est valable que sous certaines conditions à savoir un delta de température de 10° C entre celle du fût au moment du service et la température de tirage souhaitée. Au delà, le débit est diminué. Il est même réduit par deux si ce delta atteint les 30°C.
Si vous insistez dans le service tout en demandant à la tireuse de refroidir

la tireuse la mieux adaptée En effet si les capacités de tirages d’une tireuse sont inférieures à l’utilisation que vous en faites, vous risquez de détériorer la qualité de votre machine et de réduire ses compétences de refroidissement. Par exemple, si vous décidez d’acheter une tireuse avec un débit de 60L/h, vous ne pourrez pas tirer plus de 60 litres de bière par heure.

Pour vous permettre de mieux comprendre les différences entre toutes les tireuses à bière que nous vendons sur notre site, nous allons vous présenter les caractéristiques de chaque type.

Tireuse à bière à refroidissement à froid sec

En effet, si vous souhaitez utiliser une pompe à bière pour un évènement tel qu’un mariage ou un baptême il sera plus pratique de choisir une tireuse à bière à refroidissement sec puisqu’elle sera facilement transportable. Ce système de refroidissement à sec de la bière regroupe le circuit de la bière dans un bloc en fonte d’aluminium. C’est cette matière qui sert de transfert thermique.

Le service de la bière se fera directement par la tireuse étant donné que celle-ci sera posée directement sur le comptoir. Selon la marque de la tireuse, le détendeur pourra y être incorporé c’est-à-dire que le détendeur ne sera plus sur la bouteille de co2 mais directement à l’intérieur de la machine sur laquelle vous pourrez régler la pression du gaz et le thermostat électrique en soulevant simplement son capot.

Le nombre de robinets peut varier entre 1 et 6 maximum mais il est rare d’aller au-delà des 2 robinets à bière sur ce genre de tireuse. La plus grande capacité de débit qu’une de ces tireuses peut atteindre est de 130L/h. Les tireuses professionnelles portatives sont prêtes à l’emploi seulement 5 minutes après leur mise en marche. Elles vous feront gagner un maximum de place puisqu’elles ne sont pas équipées de colonne pour servir la bière. Cependant, l’inconvénient majeur de ce type de tireuse reste le fait que la machine est visible de tous et peut être facilement endommagée si l’on y prête pas suffisamment attention.

Utilisation tireuse à bière froid sec : évènements, mobilité, compact, sur comptoir
Meilleures ventes : Tireuse froid sec débit 60L/h détendeur intégré 1 robinet

Tireuse à bière à refroidissement à eau

Les tireuses à bière à refroidissement à eau, plus imposantes, sont d’avantage adaptées pour des installations fixes comme celles des bars. Leur refroidissement se fait à partir d’eau froide : le circuit de bière est immergé dans un bac d’eau froide qui sert de transfert thermique. Sachez que la bière n’est plus rafraichie une fois qu’elle arrive dans la colonne à bière c’est pourquoi il est conseillé d’utiliser un circuit d’eau fermé au sein de la colonne pour conserver la bière au frais jusqu’à son arrivée au robinet.

Le circuit d’eau fermé est formé d’une ligne python qui se divise en 2, 4 ou 6 tuyaux selon le modèle choisi et cette ligne entoure le conduit de bière ce qui la garde fraiche. Selon la colonne, le système de refroidissement est intégré ou pas autour du conduit de bière. De plus, de la glace doit se former autour du serpentin du système de froid pour que le tirage soit correct. Comptez environ 1h30 pour l’obtenir grâce à l’action du ventilateur. L’avantage de ce système est que la glace procure une réserve de froid qui vous permet de dépasser temporairement la capacité de la tireuse quand vous avez une grosse affluence lors de vos manifestations.

Ce type de tireuse est souvent utilisé avec plus de 2 robinets et peut en contenir 6 au maximum. La bière sera servie par le biais d’une ou plusieurs colonnes (maximum 6) et la tireuse sera installée sous le comptoir ou bien même dans la cave. Ces tireuses professionnelles à refroidissement à eau peuvent supporter de gros débits allant jusqu’à 190L/h! Cependant, pour bénéficier des avantages que procurent ces pompes à bière, il vous faudra d’abord monter l’installation qui s’avère plus longue que celle du système à refroidissement à sec.

Utilisation tireuse à bière à eau : fixe, sous comptoir, bar, colonne à bière
Meilleure vente : Tireuse à bière professionelle pour colonne 2 becs 90 L/h Medium

Tireuse à bière système frigo

Les tireuses à bière système frigo sont prévues pour être utilisées à des petits débits et sont dépourvues de système de refroidissement. Bien qu’elles affichent une capacité de 163L/h, le fait qu’elles n’aient pas de système de refroidissement les oblige à faire des petits tirages (par exemple 30L/h) et les fûts doivent être mis au frais minimum 72h à l’avance au risque de n’obtenir que de la mousse lors du tirage. Ce genre de tireuse peut être utilisé à ses capacités maximales si les fûts sont entreposés dans une chambre froide et qu’ils sont déjà bien frais lors de la mise en route du frigo qui conservera alors leur température et permettra à la tireuse d’enchainer les 163 litres de bière par heure. Notez que ce dispositif est très rare.

En ce qui concerne le service de la bière, il se fait grâce à une colonne à bière. A la différence des tireuses professionnelles pour bar, vous ne pourrez y installer qu’un seul robinet. Ce système frigo possède un grand avantage : vous pouvez tirer votre bière durant 5 semaines* ! De plus, vos bouteilles de co2 de 500g et 2kg pourront être entreposées à l’intérieur du frigo ce qui vous fera gagner de la place et rendra votre tireuse plus esthétique.
Petite astuce : pour les petits fûts, vous pourrez mettre en mettre deux à l’intérieur du frigo. Celui du dessus utilisé pour le tirage et le second qui reste au frais.

Utilisation tireuse à bière système frigo : petit débit, fixe, colonne à bière
Meilleure vente : Tireuse système frigo colonne Pilsen

* Selon le type de bière, les conditions de conservation et d’environnement du produit.

Tireuse à bière Keykeg

Enfin, si vous ne souhaitez pas vous encombrer de bouteilles de co2, les tireuses de type Keykeg sont là pour vous ! Le système de refroidissement des tireuses Keykeg repose sur un compresseur d’air qui est intégré à l’appareil. Selon le modèle que vous choisissez, vous bénéficierez de 1 ou 2 robinets et vous pourrez tirer jusqu’à 90L de bière par heure (soit l’équivalent d’environ 360 verres de 25cl).

Le tirage s’effectue directement de l’appareil, en y fixant le(s) robinet(s) dessus. Ces tireuses Keykeg sont pratiques, elles se transportent aisément grâce aux poignets se situant sur le dessus et à leur petite taille et sont aussi silencieuses. Elles sont également faciles à installer : il suffit de les brancher à une prise électrique pour qu’elles se mettent en marche. Le gros avantage des tireuses Keykeg c’est que vous n’aurez ni consigne de co2 ni consigne de fût étant donné que vous n’aurez pas besoin de bouteille de co2 et que les fûts Keykeg sont jetables. Cependant, elles sont uniquement compatibles avec les fûts Keykeg et toutes les marques de bières ne sont pas représentées sous ce format.

Utilisation tireuses à bière Keykeg : sans CO2, uniquement avec fût Keykeg, mobilité
Meilleures ventes : Tireuse Keykeg Pro 2 becs débit 90L/h, Tireuse Keykeg 1 bec débit 30L/h

Tableau récapitulatif

 Type de refroidissement: Sec Eau Frigo Keykeg
Utilisation Location pour évènements Portative Bar Petit débit Sans co2
Service Via un robinet directement inséré à la tireuse Via une colonne Via une colonne Via un robinet directement inséré à la tireuse
Détendeur Peut être intégré Extérieur Extérieur Extérieur
Robinets 1 à 6 robinets 1 à 6 robinets 1 robinet 1 ou 2 robinets
Débit De 20 à 130 L/h De 30 à 190 L/h 163L/h mais pas de système de refroidissement De 30 à 90 L/h
Refroidissement 15°C de différence avec la température ambiante 15°C de différence avec la température ambiante Pas de système de refroidissement De 15 à 30*C de différence avec la température ambiante selon le modèle
Modèle tête Tous sauf Keykeg Tous sauf Keykeg Tous sauf Keykeg Keykeg
Avantages Facilement transportable
Prête à l’emploi rapidement
Gain de place
Gros débit
Possibilité de dépasser temporairement la capacité de débit
Bière réfrigérée jusqu’à sa sortie du robinet
Possibilité de tirer la bière pendant 5 semaines
Service de la bière à partir d’une colonne
Prix très attractif
Débit important si fûts préalablement refroidis dans une chambre froide
Pas de consigne du fût et de co2
Gain de place
Simple branchement  sur prise suffit pour le fonctionnement
Pas besoin de bouteille de co2
Appareil silencieux
Gros débits
Inconvénients Pas de service à la colonne
Bloc tireuse visible
Lourde et imposante
Installation plus longue que le froid sec
Pas de système de refroidissement Le fût doit être mis au frais 72h à l’avance Uniquement compatible avec les fûts Keykeg sauf si consommation rapide de la bière (moins de 24h)
Toutes les marques de bières n’existent pas sous ce format
Partenaires Selbach/Cornelius Selbach Keykeg

Petit récapitulatif :

Pour trouver la tireuse qu’il vous faut, vous devrez donc :

  • choisir le type de refroidissement de la tireuse selon l’utilisation que vous allez en faire
  • choisir la façon de servir la bière
  • choisir le débit de bière par heure
  • choisir le nombre de robinets
  • choisir la tête de soutirage selon le fût de bière que vous allez choisir.

Détendeur pour bouteilles de co2, tuyauterie pour le co2 et pour la bière, robinet(s) avec compensateur, égouttoir, tête de soutirage, flexible haute pression pour bouteilles de CO2…

** Consigne de 30 euros pour le fût métallique. 55 euros pour la consigne de CO2.

 

 

Les malts et houblons biologiques

Bières du monde vous offre la possibilité d’utiliser des matières premières biologiques pour brasser votre bière.

Et oui, sachez qu’il existe des malts et houblons bios, c’est-à-dire qu’ils sont issus d’une récolte qui n’a pas subi de traitements chimiques. Nous sommes là pour vous les faire découvrir.

Tous nos malts et houblons biologiques proviennent du même fournisseur belge, ce qui confère à nos produits toutes les performances et le rendement de qualité des produits belges.

La qualité des malts et houblons reste la même, si ce n’est encore meilleure !

Si vous désirez commander du malt ou du houblon bio, nous disposons de deux variétés sur notre site Bières du monde.

Vous y retrouverez le houblon saaz en pellets bios qui est un houblon noble et aromatique ayant un goût doux et épicé. Il est souvent utilisé dans les bières blondes de type Pils ou Lagers.

En ce qui concerne les malts, vous aurez la possibilité de choisir le malt blond (ou Pilsen) biologique qui est principalement utilisé dans la fabrication des bières claires et blondes auxquelles il donnera une saveur forte.

Notez que les malts bios sont seulement vendus en sacs de 25 kg.

Vous pourrez également bénéficier des houblons Citra ou Fuggle aussi bien que des malts de brasserie Vienne ou Pale Ale en version bio. En effet, tous les malts et houblons non biologiques que nous vendons sur notre site web existent aussi en version bio.   Ceux-si sont disponibles uniquement sur commande.

Contactez-nous au 03 66 72 92 41 pour connaitre leurs spécificités, leur disponibilité ainsi que leur prix.

Comment bien choisir sa tête de soutirage ?

Il n’est pas toujours évident de savoir quelle tête de soutirage est adaptée à chaque fût à bière… Heureusement, nous sommes là pour vous aider !

La tête de soutirage est un élément essentiel qui permet de faire la connexion entre le fût et la tireuse à bière professionnelle. Elle vient se placer sur le haut du fût. Mais attention, toutes les têtes de soutirage ne sont pas compatibles avec tous les fûts existants.

Il existe 7 têtes de soutirage différentes. Les principales têtes utilisées sont les têtes de type S, A et les Key keg. Il s’agit des modèles belges, français et de ceux spécialement conçus pour les fûts jetable Key keg.

Modèle de tête Tête de soutirage Tête de rinçage Fût
A
S
G
M
U
D
Key Keg

Retrouvez toutes nos têtes de soutirages disponibles en suivant ce lien : https://www.bieresdumonde.fr/191-tetes-de-soutirage-pour-fut-de-biere.

Introduction à l’utilisation des fûts Soda Keg

Marre de perdre votre temps à mettre en bouteille votre bière maison ? Passez au fûts Soda Keg ! Simple d’utilisation, il vous fera gagner un temps considérable sur le nettoyage et l’enfûtage de votre brasage.

Composants

Fûts : les brasseurs amateurs ont tendance à utiliser des bidons Cornelius en acier inoxydable de 18L qui se déclinent en 2 types et différenciés par leurs connecteurs : ball-lock ou pin-lock. Une fois que vous avez choisi un modèle (entre pin-lock et ball-lock), restez-y fidèle pour que vous n’ayez pas de problèmes d’adaptation avec les différents accessoires.

Connecteurs : Tous les fûts ont deux connexions : une pour amener le CO2 dans le fût et l’autre pour distribuer la bière. Pour faciliter la connexion, chaque raccord est équipé de la technologie déconnexion rapide, qu’elle soit en plastique ou en acier inoxydable. Les connecteurs pin-lock pour liquide et pour gaz sont sensiblement différents, alors que toutes les têtes de soutirage ball-lock se ressemblent visuellement. Seule la couleur permet de différencier le connecteur pour le gaz (noir) et celui pour la bière (gris).

Bouteille de CO2 : Le CO2 est le gaz utilisé pour gazéifier et amener la bière jusqu’à votre verre. Les brasseurs amateurs ont tendance à utiliser des bouteilles de CO2 de 2 kilos, qui sont plus faciles à transporter, mais vous pouvez tout à fait décider d’utiliser une bouteille de CO2 plus importante (de 10 kilos par exemple) si vous souhaitez réaliser d’avantage de bière.

Détendeur : Une bouteille pleine de CO2 détient une pression de 55 bar, ce qui est bien plus que ce qui est nécessaire pour servir de la bière. Un détendeur est donc utilisé pour fournir un niveau juste de CO2. Le détendeur se visse sur la bouteille de CO2 et vous permet de régler le niveau de pression que vous désirez ainsi que de surveiller la pression grâce à une jauge.

Robinet : Un robinet est nécessaire pour contrôler le débit de bière au moment de la servir. La solution le moins chère est d’acheter un robinet picnic mais il en existe de plusieurs sortes différentes.

Tuyau : Il faut un tuyau alimentaire pour connecter le CO2 et le robinet aux connecteurs.

Joints : Les joints en caoutchouc sont utilisés pour créer de l’étanchéité aux extrémités des tuyaux ou sur le couvercle du fût. Si vous achetez des Soda Kegs d’occasion, il serait sage de remplacer tous les joints présents sur le bidon Cornelius.

Démontage et nettoyage

Si vous avez acheté un bidon et des accessoires neufs, il ne sera pas obligatoire de les nettoyer. Pour s’assurer que tout soit propre, le mieux est de démonter entièrement les accessoires du fût.

Commencez par dépressuriser le bidon. Si le bidon a une vanne de sortie de pression, utilisez-la. Sinon, prenez un tournevis et appuyez sur le bouton du connecteur du gaz pour lui permettre de s’échapper. Une fois que cela est fait, soulevez le couvercle, descendez le de quelques centimètres dans le fût puis enlevez-le. Si le couvercle ne bouge pas, cela signifie qu’il y a certainement encore de la pression dans le fût qui doit être libérée. Retirer toute la pression est très important, si cette étape est ignorée ou mal faite cela peut amoindrir la qualité de la bière.

Après avoir retiré le couvercle, vous trouverez un grand joint torique autour de sa face supérieure qu’il vous faudra enlever. Ensuite, dévissez les accouplements pour le gaz et la bière qui se situent sur le dessus du bidon et retirez les tuyaux qui y sont accrochés. Chaque connecteur et tuyau sera accompagné d’un joint torique. Si ceux-ci sont sales ou ont une odeur, remplacez-les.

Lorsque le démontage est terminé, le bidon peut enfin être nettoyé. D’abord, rincez les sédiments que vous remarquez à l’intérieur du keg. Puis, remplissez le fût Cornelius avec de l’eau chaude et du désinfectant. Mettez-en sur tous les composants du soda keg. Laissez tremper le bidon pendant quelques heures. Si besoin, utilisez une brosse à bonbonne ou quelque chose de similaire pour enlever les résidus ou sédiments résistants.

Videz le bidon et replacez tous les accessoires correctement aux bons endroits. Encore une fois, remplissez le bidon Cornelius d’eau chaude et de produit nettoyant, scellez avec la trappe et mettez le fût à l’envers pendant quelques heures pour nettoyer le haut de l’intérieur du bidon. Enfin, rincez abondamment plusieurs fois le bidon avec de l’eau chaude.

Sanitation et soutirage

Une fois que votre bière est prête à être servie et que votre fût est propre, il est temps de préparer le fût et de transférer la bière.

D’abord, il faut assainir l’ensemble du soda keg en le remplissant d’eau et de produit assainissant. Il est recommandé d’utiliser un nettoyant qui ne nécessite pas de rinçage pour éviter une étape supplémentaire. Laissez reposer 10 à 20 minutes puis retournez le bidon Cornelius et laissez de nouveau 10 à 20 minutes dans cette position pour assainir la partie haute du fût. Ensuite, enlevez le couvercle, videz le Corny keg et laissez le à l’envers pour qu’il se vide goutte-à-goutte.

Après avoir fini d’assainir le fût, il va ensuite falloir le préparer pour le soutirage en le purgeant de toute oxygène (qui est à l’origine de l’oxydation de la bière). Connectez la bouteille de CO2 au raccord prévu à cet effet et fixez le détendeur sur une pression très basse (entre 0,3 et 0,5 bar). Ouvrez la vanne de la bouteille de CO2 et laissez le gaz circuler pendant 5 secondes puis refermez la vanne. Etant donné que le CO2 est plus lourd que l’oxygène, il tombera au fond du bidon en formant une couche protectrice pour la bière contre l’oxygène.

Après la purge initiale, versez la bière dans le soda keg et scellez le couvercle. Encore une fois, fixez le détendeur sur une pression très basse (moins de 0,5 bar), ouvrez la vanne de CO2 pour remplir l’espace libre restant dans le fût et refermez la vanne dès que vous n’entendez plus le gaz circuler. Ouvrez la vanne de décharge de pression pour la laisser s’échapper. Répétez ce processus autant de fois qu’il faudra pour débarrasser l’air restant dans l’espace libre à l’intérieur du bidon puis coupez le CO2.

Gazéification et distribution

Une fois la bière accumulée dans le Corny Keg, il est temps de gazéifier. Déterminez le niveau de gazéification idéal (mesuré en volume de CO2) pour le type de bière que vous enfûtez. Si vous ne savez pas par où commencer, 2 volumes de CO2 est le plus généralement utilisé. Ensuite, il vous faudra choisir la température de la bière à l’intérieur du bidon. Sachez que plus la bière est froide, plus le CO2 se dissout facilement.

Vous êtes maintenant prêt à gazéifier. Connectez le CO2 au bidon Cornelius et réglez le détendeur sur la pression voulue. Ouvrez la vanne de la bouteille de CO2 et écoutez le gaz circuler. Lorsque la pression atteint son équilibre, le gaz va commencer à ralentir et peut être même s’arrêter. Etant donné que le fût est positionné verticalement, le CO2 peut seulement se dissoudre sur une minime surface de bière.

Vous pouvez très bien gazéifier entièrement votre fût par cette méthode mais un peu d’agitation permettra à votre bière d’être gazéifiée plus rapidement. Pour cela, vous pouvez secouer et retourner votre Corny Keg.

Passons maintenant à la partie amusante, c’est-à-dire servir et profiter de votre bière. Fixez le robinet à la sortie de la bière. Appuyez simplement sur le levier du robinet et dégustez votre bière !